• Écouter

Quel sera mon âge de départ ?

L’âge auquel vous cessez votre activité a un impact sur le montant de votre retraite. Vous pouvez partir à la retraite dès l’âge légal, avant ou après l’âge légal. En règle générale, si vous êtes encore en activité, plus vous partez tard à la retraite, plus ce montant sera élevé.

En effet, le montant de votre retraite dépend des revenus d’activité que vous avez perçus, mais aussi de la durée de votre carrière.

Selon votre situation, plusieurs possibilités de départ

  Vous pouvez partir à l’âge légal de 62 ans. Toutefois, un départ avant (sous conditions) ou après l’âge légal peut aussi s’envisager.

 

1ère possibilité : partir à l’âge légal

  L’âge minimum pour demander votre retraite de base est appelé âge « légal » de départ à la retraite. Il est de 62 ans pour la plupart des activités exercées.

  • Vous pouvez bénéficier de votre retraite dès l’âge légal sans décote -(minoration définitive du montant de la retraite) si vous enregistrez le nombre de trimestres exigé.
  • En revanche, un départ à 62 ans avec un nombre de trimestres insuffisant entraine une décote. Le pourcentage de cette minoration définitive dépend du nombre de trimestres manquants.

  Pour éviter la décote, vous pouvez poursuivre votre activité pour valider des trimestres, jusqu’à avoir enregistré le nombre de trimestres requis.

  Exemple : Marie est née en 1975. Pour partir à la retraite à 62 ans à taux plein (sans décote), il lui faudrait 172 trimestres. Or elle n’en totalisera que 166, même en comptant ses majorations pour enfants. Elle devra donc poursuivre son activité au-delà de l’âge légal pour enregistrer les 6 trimestres manquants.

 

2ème possibilité : partir avant l’âge légal, sous conditions

  Vous pouvez partir avant l’âge légal dans plusieurs situations.

  • Vous optez pour une retraite progressive : vous ne prenez qu’une partie de votre retraite pour pouvoir continuer à travailler partiellement et continuer à cotiser pour augmenter votre retraite définitive.
  • Vous êtes éligible à un départ anticipé à taux plein (sans décote). Il peut par exemple s’agir d’un départ anticipé pour :

              > carrière longue ;

              > pour situation de handicap ;

              > pour accident du travail ou maladie professionnelle.

 

L’ensemble des possibilités de départ anticipé vous est présenté dans la suite de l’article, activité par activité. Cette consultation nécessite une connexion à votre compte retraite.

 

 

Zoom sur le taux plein

 

  1. Votre retraite est calculée à taux plein (sans décote) si vous totalisez le  nombre de trimestres nécessaires.

  Ce nombre inclut :

  • les trimestres travaillés, donc cotisés, sous tous types de statut (salarié, indépendant, fonctionnaire, etc.) ;
  • et d’autres trimestres : par exemple au titre de la parentalité (droits liés aux enfants, périodes d’aidant familial, etc.), du chômage, du service national, etc.

  Pour éviter la décote, il faut enregistrer au minimum le nombre de trimestres exigé. Exemple : pour les personnes nées à partir de 1973, le nombre de trimestres exigé pour ne pas avoir de décote est 172.

 

   2. Si vous avez exercé sous différents statuts pendant votre carrière, le taux appliqué au calcul de votre retraite n’est pas le même pour tous ces statuts.

  Par exemple, si vous avez été fonctionnaire puis salarié, le taux le plus favorable sera de :

  • 75% du traitement indiciaire des 6 derniers mois d’activité pour votre retraite de fonctionnaire (voire 80% avec les bonifications) ;
  • 50% de votre salaire annuel moyen pour votre retraite de salarié (50% de la moyenne des 25 meilleures années salariées).

  Si vous avez été fonctionnaire, puis salarié, puis professionnel libéral, votre retraite sera composée de plusieurs montants aux calculs différents.

 

À noter :

  À partir d’un certain âge, la retraite est calculée à taux plein (sans décote), quel que soit le nombre de trimestres enregistrés. Cet âge varie entre 65 et 67 ans (selon votre année de naissance) dans la plupart des régimes de retraite. L’âge du taux plein automatique est parfois appelé "âge d’annulation de la décote".

  Par ailleurs, dans certaines situations, la condition de trimestres n’est pas demandée. Exemples : retraite au titre de l’inaptitude, pension d’invalidité remplacée par une pension d’inaptitude, ancien combattant, etc.

   Pour simuler votre retraite à tout âge et pour toutes vos activités, utilisez le simulateur M@rel sur votre compte retraite.

 

 

 

  Zoom sur la minoration temporaire de l'Agirc-Arrco (retraite complémentaire des salariés)

 

  Si vous avez enregistré le nombre de trimestres requis pour un départ à taux plein, votre retraite de base de salarié(e) du secteur privé ou agricole est calculée sans décote (sans minoration).

  Mais votre retraite complémentaire subit une minoration temporaire de 10% pendant trois ans – sauf si vous êtes dans une situation particulière. Cette minoration s’applique également aux départs anticipés pour carrière longue.

  Pour éviter cette minoration temporaire, il vous faut reporter votre départ à la retraite d’un an au minimum.

  Si vous décidez de reporter votre départ à la retraite d’un an, vous éviterez la minoration temporaire, et vous bénéficierez en même temps :

  • d’une surcote (majoration définitive) sur votre retraite de base ;
  • et de l’enregistrement de nouveaux points Agirc-Arrco.

  Si vous reportez votre départ de deux ans, vous obtiendrez, en plus de la surcote sur votre retraite de base :

  •  des points supplémentaires pour votre retraite complémentaire ;
  •  et une majoration temporaire de 10% pendant un an de votre retraite complémentaire.

  La majoration est de 20% pendant un an si vous décalez votre départ de trois ans, et de 30% pendant un an en cas de report du départ de quatre ans ou plus.

 

  Exemple :

  Samir, né en 1959, réunit tous les trimestres requis pour partir à la retraite à taux plein à 62 ans. Il décide de n’arrêter son activité qu’à 64 ans pour éviter la minoration de 10% pendant trois ans sur sa retraite complémentaire de salarié(e), mais aussi pour augmenter le montant de sa retraite. À cet âge, Samir bénéficiera ainsi :

  • d’une surcote (majoration définitive) appliquée sur sa retraite de base pour tous les trimestres supplémentaires effectués depuis ses 62 ans ;
  • de ses points supplémentaires Agirc-Arrco attribués entre 62 et 64 ans ;
  • et d’une majoration temporaire de 10% de sa retraite complémentaire pendant un an.

  Pour simuler votre retraite à tout âge et pour toutes vos activités, utilisez le simulateur M@rel sur votre compte retraite.

 

3ème possibilité : attendre l’âge du « taux plein automatique »

Il existe un âge à partir duquel la retraite est calculée au taux plein (sans décote) quel que soit le nombre de trimestres enregistrés : il s’agit de l’âge du « taux plein automatique » (ou âge d’annulation de la décote). Celui-ci varie entre 65 et 67 ans (selon votre année de naissance) dans la plupart des régimes de retraite.

 

À noter :
  • Même si votre retraite est calculée sans décote, le montant final dépend du nombre de trimestres enregistrés dans chacun des régimes qui vous verse une retraite.

Pour en savoir plus sur ce calcul, consultez notre article Quel sera le montant de ma retraite ? sur ce site.

  • Il existe aussi un montant minimum de retraite, soumis à conditions.

Pour en savoir plus sur le montant minimum, consultez notre article.

 

4ème possibilité : partir à la retraite avec une surcote (majoration définitive du montant)

Si vous continuez à travailler après l’âge légal alors que vous totalisez tous les trimestres requis pour obtenir une retraite à taux plein (sans décote), le montant de votre retraite de base peut être augmenté : c'est la surcote.

Chaque trimestre supplémentaire cotisé augmente le montant de votre retraite.

Exemple : Laurence, née en 1959, est salariée du secteur privé. Elle enregistre 169 trimestres au moment de partir à la retraite à l’âge légal (62 ans), alors que son nombre de trimestres exigé pour partir à taux plein est de 167. Elle souhaite continuer à travailler jusqu’à 63 ans. Les 4 trimestres supplémentaires travaillés lui permettront :

  • d’obtenir une surcote sur sa retraite de base au régime l’Assurance retraite (1,25% par trimestre supplémentaire accompli) ;
  • d’augmenter sa retraite complémentaire Agirc-Arrco grâce à l’enregistrement de points supplémentaires ;
  • et d’éviter éventuellement la minoration de 10% pendant trois ans sur sa retraite complémentaire au régime Agirc-Arrco.

 

À noter :
  • Sauf cas particuliers, votre employeur ne peut pas vous imposer de partir à la retraite avant 70 ans. Des exceptions existent. Pour en savoir plus, vous pouvez vous renseigner auprès de votre service ressources humaines ou de votre employeur.
  • Vous pouvez partir à la retraite progressivement, en travaillant à temps partiel en fin de carrière, tout en touchant une partie de votre retraite. Pour en savoir plus, lire l’article « Je souhaite partir en retraite progressivement » sur ce site.
  • Vous pouvez aussi continuer ou reprendre une activité tout en ayant pris votre retraite. Pour en savoir plus, consultez l’article « Je souhaite travailler après ma retraite » sur ce site.

 

 

Para acceder a una información personalizada según sus regímenes de jubilación,

conéctese a su cuenta de jubilación.

Esta cuenta le permitirá :

  • consultar su información personalizada según sus regímenes de jubilación,
  • acceder a su vida laboral,
  • realizar simulaciones de jubilación en línea.

Ces articles peuvent vous intéresser