Piwik

MSA 128.png

 

 

 

Age légal de départ en retraite : 60 à 62 ans (selon l'année de naissance).

 

Possibilité d'anticipation de l'âge de départ : OUI sous certaines conditions.

 

Durée d'assurance pour un droit à la retraite : au moins 1 trimestre.

 

Durée d'assurance pour une retraite à taux plein : de 160 à 172 trimestres (tous régimes de base confondus) en fonction de l'année de naissance de l’assuré.

Les assurés de 65 à 67 ans (selon l'année de naissance) ou plus, et ceux qui se trouvent dans une situation particulière (inapte au travail, par exemple) bénéficient du taux plein sans durée minimale d'assurance.

 

Possibilité de départ à la retraite au-delà de l'âge légal et au-delà du nombre de trimestres nécessaires pour l'obtention du taux plein : OUI.

La surcote est une majoration du montant de la  future retraite de base si  l’assuré  continue  à travailler.

Pour en bénéficier, l’assuré doit continuer à travailler après l’âge légal de départ à la retraite et justifier de la durée d’assurance exigée pour sa génération (nombre nécessaire de trimestres pour avoir une retraite à taux plein)

Pour chaque trimestre cotisé,  la majoration est de 1,25%. Aucune démarche particulière n’est requise pour bénéficier de votre surcote. Elle est prise en compte automatiquement lors du calcul de la  retraite.

Pour les retraites prenant effet depuis le 01/01/2009, l'assuré doit justifier d'au moins 161 à 172 trimestres selon son année de naissance pour bénéficier de la surcote.

 

Prise en compte des périodes assimilées : OUI sous conditions.

Certaines périodes pendant lesquelles l’intéressé n’a pas exercé d’activité salariée peuvent être assimilées à des périodes d’assurance pour l’ouverture du droit et le calcul de sa retraite. Pour cela l’intéressé doit avoir la qualité d’assuré social. Les conditions de validation et le décompte des périodes assimilées varient selon leur nature (périodes militaires, chômage indemnisé ou non, maternité, maladie, accident du travail).

Actuellement, les assurées bénéficient d'une période assimilée au titre de leur accouchement, mais aucune somme n'est reportée au compte. Pour les congés maternité débutant à compter du 01/01/2012, les indemnités journalières maternité sont assimilées à des salaires et prises en compte dans le calcul du salaire annuel moyen.

 

Bonifications/ majorations : OUI.

Pour les hommes et les femmes :

  • dispositif d'attribution de majoration de durée d'assurance accordée au titre des enfants : maternité (uniquement les femmes), adoption, éducation),

  • majoration de durée d'assurance pour enfant handicapé (8 trimestres maximum)

  • majoration de durée d’assurance pour congé parental d'éducation,

  • majoration de 10 % du montant de la retraite à partir de 3 enfants eus ou élevés.

 

Possibilité de versement pour la retraite : OUI, sous conditions.
Pour les années d'études supérieures et les années au cours desquelles moins de 4 trimestres sont validés.

Aujourd’hui, il est possible de  racheter jusqu’à 12 trimestres d’assurance au titre des années d’études supérieures. Le tarif de ce rachat varie selon l’âge et le niveau de revenu.

La réforme 2014 permet de racheter 4 de ces 12 trimestres à un tarif préférentiel, si le rachat est effectué dans les 10 ans qui suivent la fin de vos études.

 

Mode de calcul de la retraite : la retraite de base des salariés agricoles se calcule à partir de trois éléments : le salaire annuel moyen, le taux et la durée d’assurance au régime agricole. Le calcul se fait selon la formule suivante :

Retraite de base =

Salaire annuel moyen

x

Taux

x

Nombre de trimestres au régime agricole


Durée maximale retenue pour le calcul en fonction de votre année de naissance

Lire l'article "Quel sera le montant de ma retraite ?"

 

Salaire annuel moyen : moyenne des meilleurs salaires annuels de votre carrière soumis à cotisations retraite et revalorisés par des coefficients fixés chaque année par décret. Le nombre d'années retenues pour le calcul varie selon l'année de naissance de l'assuré.

 

Taux : le taux plein (ou taux maximum) est de 50%. Il est fixé en fonction de la durée d'assurance tous régimes confondus (de 160 à 172 trimestres selon l’année de naissance). Une décote est appliquée si l'assuré n'a pas le droit au taux plein. Le coefficient de minoration dépend de l'année de naissance. Il est fixé à 1,25 % par trimestre manquant pour les personnes nées après 1952.

 

Durée d'assurance au régime agricole : nombre de trimestres (cotisés ou non cotisés). Sont retenus 4 trimestres maximum par année civile.

 

Durée d'assurance maximum : de 150 à 172 trimestres, en fonction de l'année de naissance.

 

Retraite minimale : OUI. La retraite à taux plein ne peut pas être inférieure au minimum contributif.

 

Retraite maximale : 50 % du salaire annuel moyen (limitée à 50 % du plafond de la sécurité sociale).

 

Retraite imposable : OUI.

Lire l'article "Impôts et prélèvements sociaux"

 

Retraite soumise à prélèvements sociaux : OUI, dans certains cas.

  • CSG : 6,6 % (ou 3,8 % pour certaines catégories de retraités non imposables).

  • CRDS : 0,5 %.

  • Casa (Contribution de solidarité pour l’autonomie) : 0,3 %.

 

Possibilité de cumul emploi-retraite : OUI, sous certaines conditions.

Lire l'article "Je souhaite travailler pendant ma retraite"

 

Pour en savoir plus : www.msa.fr/retraite


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre profil.  En savoir plus