Piwik

MSA 128.pngRetraite de base

 

Age légal de départ en retraite : 60 à 62 ans (selon l'année de naissance).

 

Possibilité d'anticipation de l'âge de départ : OUI sous certaines conditions.

 

Durée minimale d'affiliation pour un droit à retraite : Au moins une année.

 

Durée d'assurance pour une retraite à taux plein : de 160 à 172 trimestres (tous régimes de base confondus) en fonction de l'année de naissance de l’assuré.

Les assurés de 65 à 67 ans (selon l'année de naissance) ou plus, et ceux qui se trouvent dans une situation particulière (inapte au travail, par exemple) bénéficient du taux plein sans durée minimale d'assurance.

 

Possibilité de départ à la retraite au-delà de l'âge légal et au-delà du nombre de trimestres nécessaires pour l'obtention du taux plein : OUI.

La surcote est une majoration du montant de la  future retraite de base si  l’assuré  continue  à travailler.

Pour en bénéficier, l’assuré doit continuer à travailler après l’âge légal de départ à la retraite et justifier de la durée d’assurance exigée pour sa génération (nombre nécessaire de trimestres pour avoir une retraite à taux plein)

Pour chaque trimestre cotisé,  la majoration est de 1,25 %.  Aucune démarche particulière n’est requise pour bénéficier de votre surcote. Elle est prise en compte automatiquement lors du calcul de la  retraite.

 

Prise en compte des périodes assimilées : OUI, sous conditions.
Des trimestres peuvent être validés malgré l'absence de versement de cotisations. Sont notamment prises en compte les périodes militaires,  maladie, invalidité...

 

Bonifications / majorations : OUI.

Pour les hommes et les femmes :

  • dispositif d'attribution de majoration de durée d'assurance accordée au titre des enfants (maternité, adoption, éducation),

  • majoration de durée d'assurance pour enfant handicapé (8 trimestres maximum)

  • majoration de durée d’assurance pour congé parental d'éducation,

  • majoration de 10 % du montant de la retraite à partir de 3 enfants eus ou élevés.

 

Possibilité de rachat de cotisations : OUI, sous conditions.

Aujourd’hui, il est possible de  racheter jusqu’à 12 trimestres d’assurance au titre des années d’études supérieures. Le tarif de ce rachat varie selon l’âge et le niveau de revenu.

La réforme 2014 permet de racheter 4 de ces 12 trimestres à un tarif préférentiel, si le rachat est effectué dans les 10 ans qui suivent la fin de vos études.

Sous certaines conditions, il est possible d’effectuer un versement pour la retraite au titre des périodes  d'aide familial qui n'ont pu donner lieu à une affiliation au régime obligatoire.
 

Par ailleurs, le statut de collaborateur d'exploitation ou d'entreprise agricole ouvre un droit à la retraite proportionnelle. Pour les années accomplies avant 2000 en qualité de conjoint participant aux travaux, il est possible d'effectuer un versement afin de compléter votre droit à la retraite proportionnelle.

 

Mode de calcul de la retraite :

Les non-salariés du secteur agricole bénéficient d'une retraite de base (forfaitaire et proportionnelle) et d'une retraite complémentaire.

 

La retraite des non- salariés agricoles est composée :

  • d'une retraite de base divisée en deux parties : une retraite forfaitaire (lorsque l'activité non salariée agricole est exercée à titre exclusif ou principal) et une retraite proportionnelle par points ;

  • d'une retraite complémentaire obligatoire, mise en place en 2003 pour les chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole et en 2011 pour les collaborateurs d'exploitation ou d'entreprise agricole et pour les aides familiaux, également par points.

 

Le calcul de votre retraite forfaitaire :

Retraite forfaitaire intégrale

x

Nombre d'années NSA à titre exclusif ou principal


Durée d'assurance fixée en fonction de votre année de naissance.

 

Le calcul de votre retraite proportionnelle :

Nombre de points acquis

x

Valeur du point

x

(Durée d'assurance de 37,5 ans


Durée d'assurance fixée en fonction de l'année de naissance).

Lire l'article "Quel sera le montant de ma retraite ?"

 

Montant :
La retraite  est attribuée intégralement lorsque l’assuré  justifie d'une carrière en tant que non-salariée agricole au moins égale aux durées exigées selon sa génération.

 

Durée d'assurance au régime non salarié agricole :

  • La durée d'assurance s'exprime en trimestres. Nous retenons 4 trimestres maximum par année civile.

  • La durée d’assurance  correspond au nombre nécessaire de trimestres pour avoir une retraite entière. Elle varie selon l’année de naissance de l’assuré. Si l’assuré  réunit le nombre de trimestres nécessaires à notre régime, la retraite est entière. Sinon elle est proportionnelle au nombre de trimestres validés au régime agricole.

 

Durée d'assurance maximum : La durée d'assurance maximum varie selon l’année de naissance de l’assuré  (de 150 à 172 trimestres).
Si l’assuré  part en retraite avant d’avoir ce nombre de trimestres, sa retraite est calculée avec un taux minoré. Cette décote est déterminée en fonction de son âge, de sa durée d'assurance et de la date de départ en retraite qu’il a choisi.

 

Retraite minimale : OUI.
Depuis le 1er janvier 2009, les retraites des non-salariés agricoles sont majorées sous certaines conditions. Le montant de la Pension Majorée est calculé de manière différenciée selon la qualité dans le régime des personnes non salariées agricoles.

 

Retraite maximale :
La retraite d'un non-salarié agricole (retraite forfaitaire et retraite proportionnelle) est limitée à 50% du plafond annuel de la Sécurité sociale.

 

Retraite imposable : OUI.

Lire l'article "Impôts et prélèvements sociaux"

 

Retraite soumise à prélèvements sociaux : OUI, dans certains cas.

  • CSG : 6,6 % (ou 3,8 % pour certaines catégories de retraités non imposables).

  • CRDS : 0,5 %.

  • Casa (Contribution de solidarité pour l’autonomie) : 0,3 %.

 

Possibilités de cumul emploi-retraite : OUI

Depuis 2009, le cumul emploi-retraite est possible :

  • sans condition, si vous reprenez une activité en tant que salarié agricole, y compris sur votre ancienne exploitation.

  • sous conditions, si vous reprenez une activité non salariée.

Les dérogations antérieures au 1er janvier 2009 sont maintenues pour les exploitants qui ne remplissent pas les conditions.

S'il ne remplit pas les conditions pour bénéficier du nouveau dispositif, il continue à être soumis aux règles du cumul emploi-retraite en vigueur avant le 1er janvier 2009.

 

A noter :

Pour bénéficier du cumul emploi-retraite, les assurés dont la première retraite prendra effet à partir du 1er janvier 2015 devront avoir cessé toutes leurs activités professionnelles dans tous les régimes. Toute retraite prise à partir de cette date, empêchera l'acquisition de nouveaux droits à la retraite en cas de poursuite ou de reprise d'activité.

Lire l'article "Je souhaite travailler pendant ma retraite"

 

Retrouvez toutes les informations sur votre retraite sur www.msa.fr/retraite


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre profil.  En savoir plus